Association Sorézienne

La charte d'union de Sorèze avec l'abbaye Saint Victor de Marseille en 1062

(charte jadis conservée à l'abbaye de Saint Victor, au diocèse d'Albi et au diocèse de Lavaur)

In nomine sanctæ et individuæ Trinitatis, etc. Ego Froterius Nemausensis episcopus, et Raimundus nepos meus vicecomes, audientes excommunicationem sanctæ ecclesiæ Romanæ, à domino Nicolao papa secundum auctoritatem canonicam nostras ad partes destinatam, simoniacam heresim terribiliter ferientem, paventesque nimium ne propter ecclesiasticos honores et abbatias à nobis hactenus malè possessas et venditas, idem anathematis incurramus periculum; pro animarum nostrarum parentumque nostrorum redemptione, et æternæ vitæ retributione, monasterium nostræ ditionis in honore ejusdem sanctæ Dei genitricis virginis Mariæ, sanctique Benedicti, aliorumque sanctorum consecratum, quod vulgo vocatur Sorizinum, gratia recuperationis atque studio regulari monastici ordinis, concedimus Durando abbati sancti Victoris monasterii Massiliensis, et omnibus successoribus ejus ad dominationem et gubernationem atque tuitionem; ita ut ipse Durandus et omnes successores ejus, mittat et mittant in eodem monasterio Sorizino abbatem omni tempore suo judicio dignum, qui secundum institutionem et ordinem monasterii Massiliensis vivat, et monachos sibi subjectos vivere exigat. Quod si, quod absit, abbas ille Sorizinensis videlicet ab ordine et disciplina cœnobii Massiliensis deviaverit, et monachos sibi subditos ad justiciæ tramitem male viventes non emendaverit, veniat abbas Massiliensis in Sorizino, et corrigat et emendet eum. Si vero ille superbia elatus emendare se noluerit, alium in loco ejus prudentiorem et digniorem abbas Massiliensis mittat, et negligentem et superbientem secum reducat. Hoc igitur ego supranominatus Froterius, sicut suprascriptum est, stabilio et semper firmum esse volo; malosque usus et venditiones quas simoniace de eodem monasterio faciebam, in perpetuum ad libertatem jam dicti monasterii et ad stabilitatem sanctæ regulæ dimitto; cum Raymundo nepote meo, et omnibus propinquis meis in perpetuum interdico, et omnes honores, possessiones et prædia quæ modo videtur habere jam nominatum monasterium, omnipotenti Deo, sanctæque Mariæ semper virgini reddimus sine ullo malo ingenio, dico hoc, excepto quod ego Froterius modo videor abere vel possidere in mea propria dominicatura, etc.
Facta carta nonas Novembris, ab incarnatione Domini M.LXII. regnante Philippo rege Francorum, indictione.... die dominico. Acta publice in capitulo Sorizinensi, in præsencia monacorum ipsius loci. Ego Froterius episcopus et Raimundus nepos meus vicecomes, et Guillelmus et Stephanus hanc cartam scribere fecimus. Raimundus-Arnaldus firm. Pontius-Armasangz firm. Deusde-Raimondi firm. Gausfredus-Raimundi firm. Bernardus monachus scripsit unam cartam. Raymundus Psalmodiensis scripsit alteram.


Froterius (Frotaire), evêque de Nîmes
Raimundus (Raymond), vicomte d'Albi, neveu de Frotaire

Frotaire et son frère Bernard-Aton, vicomte d'Albi et père de Raymond avaient érigé l'évêché d'Albi en fief mouvant de leur domaine.
Frotaire et son neveu le vicomte Raymond jouissaient par indivis du domaine de leur maison.
Ces deux derniers, craignant d'encourir l'excommunication dont le pape Nicolas II avoit frappé les simoniaques, et se sentant coupables d'avoir ou vendu, ou injustement possédé jusqu'alors diverses abbayes et autres biens ecclésiastiques, ils résolurent de rétablir la régularité dans celle de Sorèze soumise à leur autorité. Ils la donnèrent dans cette vue à Durand abbé de St Victor de Marseille, et à ses successeurs, à condition qu'il y envoyeroit un abbé digne de la gouverner, et formé sur l'institut et l'ordre de saint Victor. Deux seigneurs du païs lesquels occupoient sans doute une partie des biens de l'abbaye de Sorèze, ou les tenoient en fief de l'évêque Frotaire et de son neveu, consentirent à cette donation, et restituèrent les biens usurpez. Frotaire se réserva cependant une espèce de prééminence sur ce monastère, car il autorisa neuf ans après l'élection d'un abbé. Il ne paroit pas cependant par ce dernier acte que l'abbaye de Sorèze fût alors sous la dépendance de celle de saint Victor, ce qui nous donne lieu de croire que leur union ne dura pas long-tems; il ne nous reste là-dessus en effet d'autre monument que l'acte du mois de Novembre de l'an 1062. dont on vient de parler, et qui sans doute n'eut pas son execution....
L'abbaye de Moissac en Querci étoit alors soûmise, comme celle de Sorèze, à l'autorité d'un seigneur séculier. Gausbert qui s'en qualifiait abbé laïque, confirma au mois de Juin de l'an 1063. entre les mains de Guillaume comte de Toulouse, fils et successeur de Pons, l'union qui en avoit été faite à celle de Cluni.

Histoire générale de Languedoc, de Dom Devic et Dom Vaissète


Retour à l'histoire